Francomanie
Приветствую Вас Гость | RSS Главная | Каталог статей | Регистрация | Вход
Поиск

Меню сайта

Категории раздела
НОВОСТИ О ЗВЕЗДАХ ШОУ-БИЗНЕССА [9]
ЭКОНОМИКА - ECONOMIE [22]
ПОЛИТИКА - POLITIQUE [19]
МЕДИЦИНА - MÉDECINE [11]
СОЦИАЛЬНОСТЬ - SOCIAL [17]
ВОСПИТАНИЕ, ОБРАЗОВАНИЕ, ПРОФЕССИИ [7]

Форма входа

Статистика
Поздравляем с днём Рождения:
petr(25)



Яндекс.Метрика

Яндекс цитирования


Онлайн всего: 6
Гостей: 6
Пользователей: 0

Главная » Статьи » НОВОСТИ, СТАТЬИ, ИНФОРМАЦИЯ » ЭКОНОМИКА - ECONOMIE

Combien l'accord sur la dette grecque va-t-il coûter à la France?
Combien l'accord sur la dette grecque va-t-il coûter à la France ?

Pierre Moscovici a estimé jeudi que l'effacement d'une partie de la dette Grecque coûterait au moins 115 millions d'euros à l’État Français. Le Figaro estime la perte à 600 millions d'euros, d'autres experts la chiffrent à 1, 42 milliards d'euros.

L'accord conclu lundi par l'Union européenne sur la réduction de la dette grecque coûtera au moins 115 millions d'euros par an à la France du fait de la réduction des taux d'intérêt consentie, a déclaré mercredi Pierre Moscovici. Mais le ministre de l’Économie s'est refusé à chiffrer le manque à gagner  pour les finances publiques, provoqué par le reversement à Athènes des gains enregistrés par les banques centrales de la zone euro sur leurs achats de titres grecs. "Il faudra qu'on fasse les calculs au sein de l'Eurosystème pour voir ce que ça représente pour chaque banque centrale", a-t-il dit lors d'un point de presse.

"J'ai lu des chiffres ce matin que je ne confirme pas", a déclaré Pierre Moscovici. En effet, Le Figaro a évoqué ainsi un manque à gagner de 500 millions d'euros pour la Banque de France, dont l’État français est l'unique actionnaire. Dans une note, Éric Dor, directeur de la recherche à l'Ieseg School of Management, estime pour sa part que le manque à gagner pour la Banque de France, et donc pour l’État français, serait de l'ordre de 1,42 milliard d'euros, "étalés sur plusieurs années".

La France a prêté directement près de 11,4 milliards d'euros à la Grèce en plusieurs tranches et les 135 millions d'euros mentionnés par Pierre Moscovici correspondent à la diminution de près d'un point des taux d'intérêt de cette dette. Pour Éric Dor, les profits réalisés potentiellement par la BCE et les banques centrales nationales de l'Eurosystème sur leur détention d'obligations grecques sont estimés à sept milliards d'euros. A supposer que la part de la Banque de France dans ces profits "soit proportionnelle à la fraction qu'elle détient de la partie du capital de la BCE détenue par des pays de la zone euro, elle aurait reçu quelque 20,32% du total", soit près de 1,42 milliard d'euros.

Le dernier volet de l'accord de lundi porte sur la baisse de 0,1 point du coût de la rémunération par la Grèce des garanties des autres pays de la zone euro aux emprunts (73,9 milliards d'euros) qu'elle a contractés auprès du FESF, le fonds de solidarité financière de la zone euro. La part de la France dans ces garanties est de 21,83%, soit l'équivalent de 16,1 milliards. "Une réduction de 0,1% de la rémunération demandée à la Grèce pour les garanties reporte une plus grande partie du risque sur les autres pays, sans leur infliger de perte effective aussi longtemps qu'on échappe à l'activation des garanties", souligne Éric Dor.
29/11/2012

Категория: ЭКОНОМИКА - ECONOMIE | Добавил: film (02.12.2012)
Просмотров: 642 | Рейтинг: 0.0/0
Всего комментариев: 0
Имя *:
Email *:
Код *:
Опрос
Какой учебный материал интересует Вас больше всего?
Всего ответов: 2659

мини-ЧАТ
500

Помощь сайту
www.yandex.ru


www.webmoney.ru
R264575195786 Z310449120087


Copyright MyCorp © 2017Le site créé par Petit Ange [NM]