Francomanie
Приветствую Вас Гость | RSS Главная | Каталог статей | Регистрация | Вход
Поиск

Меню сайта

Категории раздела
НОВОСТИ О ЗВЕЗДАХ ШОУ-БИЗНЕССА [9]
ЭКОНОМИКА - ECONOMIE [22]
ПОЛИТИКА - POLITIQUE [19]
МЕДИЦИНА - MÉDECINE [11]
СОЦИАЛЬНОСТЬ - SOCIAL [17]
ВОСПИТАНИЕ, ОБРАЗОВАНИЕ, ПРОФЕССИИ [7]

Форма входа

Статистика
Поздравляем с днём Рождения:
iriskasweet(38), femme1996(21), VladislavMusikhin(20)



Яндекс.Метрика

Яндекс цитирования


Онлайн всего: 5
Гостей: 5
Пользователей: 0

Главная » Статьи » НОВОСТИ, СТАТЬИ, ИНФОРМАЦИЯ » ЭКОНОМИКА - ECONOMIE

Obama veut faire payer plus d'impôts aux plus riches - Обама хочет заставить богатых платить больше налогов
"Obama veut faire payer plus d'impôts aux plus riches - Обама хочет заставить, наиболее богатых, платить больше налогов."

Barack Obama a exigé que les Américains les plus aisés acquittent davantage d'impôts pour lutter contre le déficit, profitant de sa première intervention à Washington depuis sa réélection pour poser des jalons avant d'entamer des négociations avec le Congrès.
Fraîchement réélu, le président Barack Obama a proposé vendredi aux républicains de parvenir à un compromis pour éviter que les États-Unis ne se retrouvent devant le "mur budgétaire" qui se profile, tout en réaffirmant qu'une hausse des impôts pour les Américains les plus fortunés doit faire partie d'un accord. L'expression "mur budgétaire" recouvre la coïncidence, le 1er janvier 2013, de l'expiration de baisses d'impôt mises en œuvre par l'administration Bush et de réductions de dépenses qui avaient été programmées précisément pour pousser les législateurs à conclure un accord budgétaire de long terme. Faute d'accord, ces coupes budgétaires et ces hausses d'impôt, qui représentent un total de 600 milliards de dollars, risquent de "plomber" une reprise économique déjà chancelante.
Lors de son premier discours à la Maison Blanche depuis qu'il a remporté mardi le scrutin présidentiel face à Mitt Romney, Barack Obama s'est voulu ferme : "si nous voulons sérieusement réduire le déficit, il nous faut combiner des coupes avec des recettes, cela veut dire qu'il faut que les Américains les plus riches paient un peu plus d'impôts". Le président a aussi estimé que sa nette victoire contre le républicain Mitt Romney montrait que les Américains avaient soutenu sa conception en la matière. "Mardi soir, il s'est avéré que la majorité des Américains étaient d'accord avec mon approche", a-t-il affirmé lors de cette intervention où il est apparu énergique, deux jours après avoir laissé échapper des larmes face à son équipe au lendemain de sa réélection. Hors de question également de "demander aux étudiants et à la classe moyenne de rembourser tout le déficit alors que des gens comme [lui], qui gagnent plus de 250.000 dollars [par an] ne se voient pas demander de payer un sou d'impôts de plus." "Ça, je ne le ferai pas", a-t-il rétorqué.

La question fiscale revient au premier plan
"Que ce soit clair. Je ne suis pas attaché à tous les détails de mon projet. Je suis ouvert aux compromis", a assuré Barack Obama. Mais "je refuse toute approche qui ne serait pas équilibrée" entre baisse des dépenses et hausse des recettes, a-t-il expliqué. Son porte-parole, Jay Carney, a ensuite répété que le président opposerait son veto à toute proposition de loi comprenant la prolongation des cadeaux fiscaux pour les plus riches, hérités de son prédécesseur George W. Bush.
Plus tôt vendredi, le président républicain de la Chambre, John Boehner, avait réitéré son opposition à toute hausse d'impôts sur les ménages les plus aisés, estimant qu'"augmenter les impôts ralentirait notre capacité à créer les emplois que tout le monde veut créer". Bien qu'opposé à des hausses des taux d'imposition, le républicain a souligné qu'il était favorable à une refonte du code fiscal qui pourrait permettre un élargissement de l'assiette fiscale et la suppression de niches, un possible point d'accord avec Barack Obama. Ce dernier avait déjà essayé sans succès de faire disparaître notamment les avantages fiscaux accordés aux compagnies pétrolières et gazières. Le Sénat avait voté en leur faveur, mais la Chambre n'avait pas donné suite. Les négociations pourraient rester âpres entre les deux partis, qui se sont déjà affrontés à de multiples reprises depuis que les républicains ont conquis la Chambre il y a deux ans. Une de ces crises aiguës pendant l'été 2011 avait même failli donner lieu à une cessation de paiements des États-Unis et a coûté au pays une dégradation de la note de sa dette par l'agence Standard and Poor's.
Mais cette fois, il y a urgence à trouver un compromis. L'Office budgétaire du Congrès (CBO), organisme non partisan du Capitole chargé d'analyser des données budgétaires et fiscales, estime que le "mur budgétaire" serait susceptible de replonger les États-Unis en récession et de faire bondir le taux de chômage à environ 9% contre 7,9% aujourd'hui. Le CBO a cependant également mis en garde contre les dangers que courait la première puissance économique mondiale si elle ne contenait pas la croissance de ses déficits. L'agence de notation Standard & Poor's estime pour sa part à 15% le risque de voir les Etats-Unis se fracasser sur le "mur budgétaire".
le 10 novembre 2012
Перевод не является точным, взят из открытых источников интернета.

"Обама заставит богатых платить больше"

Вновь избранный президент США Барак Обама выступил с первой программной речью после выборов. Она была посвящена тому, какую экономическую политику он собирается проводить. Он, в частности, рассказал о том, как собирается предотвратить «бюджетную катастрофу», которая может быть вызвана ростом бюджетного дефицита.
Обама сообщил, что состоятельных американцев ждет повышение налогов. По его словам, это единственная мера, которая способна сократить дефицит бюджета. Президент отметил, что наложит вето на любой законопроект, который будет расширять налоговые льготы для тех, кто зарабатывает от $250 тысяч в год.
Как передает Reuters, Б.Обама также отметил, что, в противном случае, «фискальный обрыв» может случиться уже в январе 2013 года, после того, как государственные расходы будут сокращены. Согласно прогнозам американских экспертов, на которые сделал ссылку Б.Обама, к сентябрю 2013 года бюджетный дефицит сократится до $503 млрд, что, однако, приведет к массовой безработице и сокращению экономического роста США на 0,5%, пишет РБК.
По словам Обамы, для того, чтобы избежать негативных последствий этой экономической меры, он готов пойти на компромисс с республиканцами, однако в основном принять их план по сокращению дефицита бюджета он не может. Напомним, что республиканцы принципиально против повышения налогов для любых групп населения по уровню доходов.


Категория: ЭКОНОМИКА - ECONOMIE | Добавил: film (10.11.2012)
Просмотров: 650 | Рейтинг: 0.0/0
Всего комментариев: 0
Имя *:
Email *:
Код *:
Опрос
Какой учебный материал интересует Вас больше всего?
Всего ответов: 2596

мини-ЧАТ
500

Помощь сайту
www.yandex.ru


www.webmoney.ru
R264575195786 Z310449120087


Copyright MyCorp © 2017Le site créé par Petit Ange [NM]