Un quatrième soldat français tué dans des combats au Mali: Wilfried Pingaud - СОЦИАЛЬНОСТЬ - SOCIAL - НОВОСТИ, СТАТЬИ, ИНФОРМАЦИЯ - Каталог статей - Manie du français
Francomanie
Приветствую Вас Гость | RSS Главная | Каталог статей | Регистрация | Вход
Поиск

Меню сайта

Категории раздела
НОВОСТИ О ЗВЕЗДАХ ШОУ-БИЗНЕССА [9]
ЭКОНОМИКА - ECONOMIE [22]
ПОЛИТИКА - POLITIQUE [19]
МЕДИЦИНА - MÉDECINE [11]
СОЦИАЛЬНОСТЬ - SOCIAL [17]
ВОСПИТАНИЕ, ОБРАЗОВАНИЕ, ПРОФЕССИИ [7]

Форма входа

Статистика




Яндекс.Метрика

Яндекс цитирования


Онлайн всего: 15
Гостей: 15
Пользователей: 0

Главная » Статьи » НОВОСТИ, СТАТЬИ, ИНФОРМАЦИЯ » СОЦИАЛЬНОСТЬ - SOCIAL

Un quatrième soldat français tué dans des combats au Mali: Wilfried Pingaud
"Un quatrième soldat français tué dans des combats au Mali"

Шестого марта, во время военной операции в восточной части Мали, на 37 году жизни, погиб четвертый французский солдат (старший капрал) Wilfried Pingaud.
На родине остались: беременная жена с 2-мя детьми.
Не задолго до служебной поездки в Африку, Wilfried Pingaud планировал покинуть военную службу. К сожалению, судьба распорядилась по-своему.
Администрация сайта, приносит глубокие соболезнования, семье погибшего Pingaud.

Un Brigadier chef du 68e régiment d'artillerie d'Afrique de La Valbonne est mort mercredi dans des opérations militaires dans l'Est du Mali, a annoncé la présidence de la République.
Un soldat français a été tué mercredi lors de combats contre les groupes islamistes armés dans la région de Gao au Mali, le quatrième depuis le début de l'intervention française le 11 janvier dans ce pays, ont annoncé le président François Hollande et la défense. Il s'agit du brigadier-chef Wilfried Pingaud, 37 ans, du 68e régiment d'artillerie d'Afrique de La Valbonne, dans l'Ain, a précisé la défense dans un communiqué. Selon l'Elysée, le militaire a été tué mercredi matin alors qu'il "participait à une opération dans l'est du Mali, à 100 kilomètres de Gao".

Il intervenait "dans des opérations de sécurisation menées par les forces maliennes, africaines et françaises autour de Gao", quand il a été "mortellement touché dans un accrochage avec des groupes terroristes locaux près de Tin Keraten", une localité à l'est de la ville, a précisé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué. Selon l'état-major, quatre militaires maliens ont été blessés au cours de l'accrochage. Le militaire tué mercredi participait à une mission de reconnaissance avec un détachement de l'armée malienne, quand leur unité a été prise à partie par un groupe de combattants islamistes, a indiqué l'état-major des armées.

Dans un communiqué, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a fait part de "sa très grande émotion" et a tenu "dans ces circonstances particulièrement tragiques" à "rendre hommage au professionnalisme, à l'engagement, et à l'exceptionnel courage de nos militaires engagés au Mali".

Détermination "totale" de la France
Le ministre rappelle la détermination "totale" de la France à mener "jusqu'à leur terme" les opérations militaires pour éliminer les groupes islamistes armés et restaurer l'intégrité du Mali. Une dizaine de "terroristes" ont été neutralisés lors de l'opération au cours de laquelle un soldat français a été tué mercredi matin près de Gao au Mali, a indiqué à Paris le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry BurKhard. Dans le nord-est du pays, "une demi-dizaine" de combattants islamistes se sont par ailleurs rendus aux forces françaises lors d'affrontements près de Tessalit, a-t-il précisé au cours d'un point de presse.

Environ 4.000 militaires français sont actuellement déployés au Mali, où de violents combats les opposent aux combattants islamistes dans le nord-est du pays, près de Tessalit. Dans la région de Gao, des accrochages entre les forces françaises et l'armée malienne d'une part, les islamistes de l'autre, ont également fait ces derniers jours des dizaines de morts parmi les jihadistes, selon Paris et Bamako. Le 11 janvier, un premier soldat français, un pilote d'hélicoptère, a été tué dans la région de Sévaré, aux premières heures de l'opération française. Les 19 février et 2 mars, un sergent-chef de la Légion étrangère et un caporal parachutiste ont à leur tour été tués dans lors d'accrochages dans le massif de l'Adrar des Ifoghas.
06/03/2013
Источник: www.tf1.fr


Категория: СОЦИАЛЬНОСТЬ - SOCIAL | Добавил: film (29.03.2013)
Просмотров: 1006 | Рейтинг: 0.0/0
Всего комментариев: 0
Имя *:
Email *:
Код *:
Опрос
Какой учебный материал интересует Вас больше всего?
Всего ответов: 2365

мини-ЧАТ
500

Помощь сайту
www.yandex.ru


www.webmoney.ru
R264575195786 Z310449120087


Copyright MyCorp © 2017Le site créé par Petit Ange [NM]